Gunkanjima, Hashima Island

Gunkanjima, Hashima Island

L’île fantôme d’Hashima Island : Gunkanjima. La Reine des Ruines du Japon. Je ne pensais pas m’y rendre de si tôt, mais les week-ends passés ont été si dingues et riches en aventures qu’il me fallait absolument ce fabuleux “checkpoint” afin de clôturer en beauté l’année 2010. Partons donc à la découverte de Gunkanjima et de son histoire.

[bs_notification type=”info”]Depuis cet article de 2010, j’ai eu la chance de retourner sur l’île 4 fois afin de faire de meilleures photos et d’écrire plus d’articles. Vous trouverez mon sommaire ici : Gunkanjima : Photos & Histoires.[/quote]

Gunkanjima: Momo's Shot

Gunkanjima: Momo’s Shot

1810.

Un gisement de houille est découvert sur Hashima Island, une petite île se trouvant à quelques kilomètres de Nagasaki.

Hashima Island - Life on Gunkanjima

Life on Gunkanjima.

1890.

L’île est rachetée par Mitsubishi, qui va lancer sa réelle exploitation. La compagnie installe l’infrastructure nécessaire et fait venir les ouvriers accompagnés de leurs familles. Les ouvriers y périssent de la malnutrition, de la surcharge de travail, des maladies, des accidents dans la mine…. et nombreux d’entre-eux choisissent de se jeter par la fenêtre pour en finir plus vite. Une véritable forteresse de l’enfer. La bombe nucléaire de Nagasaki en 1945 n’arrange rien. Les fenêtres d’Hashima Island explosent, mais les ouvriers y travaillent de plus belle : le Japon doit se reconstruire.

Hashima Island - The Last Days

The last days.

 1959.

Hashima Island devient une véritable mégalopole : 5,300 habitants y vivent (ça fait du 84,100 habitants au km2 !), ce qui est à ce moment là la plus forte densité au monde. La surface est complètement urbanisé : des habitations bien-sûr, mais aussi deux écoles, un hôpital, un gymnase, un cinéma, 25 magasins, un temple, un pachinko, des bars, et même… un bordel. Le tout plongé dans l’obscurité d’un labyrinthe d’escaliers et de corridors. Hashima Island produit un charbon de très haute qualité, qui permet au Japon de soutenir sa croissance économique.

Gunkanjima: Jordy Meow

Gunkanjima: Jordy Meow

1974.

Le pétrole vient à remplacer le charbon complètement, et la mine annonce sa fermeture. Le 20 avril, le dernier habitant quitte l’île. Hashima Island devient alors la fameuse île fantôme de Gunkanjima.

Hashima Island - Gunkanjima

The Battleship Island.

2010.

On arrive à Gunkanjima, sous un beau jour d’automne. Hashima Island / Gunkanjima, mais pourquoi 2 noms ? Gunkanjima signifie “The Battleship Island”, l’île “Navire de Guerre”. C’est un nom officieux, mais finalement bien plus utilisé que son nom officiel, du fait de sa forte ressemblance avec… un croiseur.  Une petite chapelle de ciment se trouve en haut de l’île. A ses côtés, se trouvait auparavant la seul maison en bois de l’île : la résidence du Grand Timonier.

Hashima Island - Temple

Gunkanjima Temple.

Depuis son abandon, l’île est interdite d’accès. Seul des pêcheurs ont des autorisations pour s’installer autour afin d’y pêcher tranquillement. Toutefois, des dérogations sont régulièrement délivrés à des journalistes ou des réalisateurs de film… mais aussi, de temps à autres, de petits curieux s’y rendent sans demander ! Bref. Je ne m’y trouve pas encore. Seulement sur un bateau qui nous à proposé un petit tour de l’île.  Mais après ce petit tour, on découvrira un moyen de se rendre sur l’île ! Programmé pour le lendemain matin, aux aurores.

Hashima Island - Fisherman

Fisherman.

NOVEMBER 19th. 6:00. 

On embarque dans le petit bâteau. Une fois éloigné de la côte, toutes les lumières du bateau sont coupées. La raison ? Passer inaperçu. L’excitation monte. Et on devine déjà Gunkanjima dans la pénombre.

Hashima Island - Infiltration

Infiltration.

Le capitaine nous ordonne de sauter rapidement sur l’île depuis la proue du bateau. Il reviendra dans une heure pétante, et il faudra l’attendre, cachés derrière la muraille de béton. On y est enfin. Il fait vraiment noir, et prendre des photos sera difficile. L’idée est donc de faire un tour complet de l’île, ce qui devrait être facile : d’après un ancien mineur, traverser l’île prends à peine le temps à une cigarette de se consumer.

Hashima Island - Arrival

We are on Gunkanjima!

Il n’est pas facile de se déplacer. De nombreux immeubles sont effondrés, et le sol est couvert de morceaux de bois, de ferraille et d’objets sans forme. Il faut donc être très vigilant. On passe rapidement la zone des appartements pour se rendre du côté de la mine. La zone d’habitation est la plus intéressante, mais il est préférable de la laisser pour la fin. La lumière devrait être meilleure.

Vertigo.

abandoned, gunkanjima, haikyo, japan, japanese, kyushu, nagasaki, on-sale, ruin, urban exploration, urbex

Il ne reste pas grand chose de la mine. Elle a probablement été détruite par Mitsubishi lorsque l’île fut abandonnée.

Gunkanjima: The First Visit

Gunkanjima: The First Visit

Les bains publics de Gunkanjima se trouvaient ici. Ils étaient probablement auparavant entourés de murs, mais maintenant ils donnent sur la côte de Nagasaki. Plus en bas se trouve le “Observation Deck” où les touristes peuvent à présent se rendre (depuis Avril 2009).

Hashima Island - Public Bath

Public bath.

Retour dans la zone d’habitation. Le lieu est incroyable, on se croirait plongé dans le film Metropolis. C’est un véritable labyrinthe dans lequel on se laisse littéralement transporter dans les dédales de passages, ruelles, et escaliers…

J’aimerais avoir le temps de pouvoir visiter chaque building, chaque chambre, installer mon trépied et faire de beaux shoots… mais chaque coup d’oeil à l’heure qui tourne est tel un coup de taser qui vient me foudroyer : il n’y a pas le temps. La vérité aussi c’est qu’il est facile de se perdre. Il n’est pas évident de se rendre d’un endroit à un autre, non seulement à cause des débris mais parce que la configuration de la ville est insolite. Et notre unique chance de revenir sur la terre ferme sans gros soucis, c’est notre bateau… qui est dans une demi-heure seulement maintenant.

Hashima Island - Jump

Jump!

A force d’emprunter des passages escarpés, on finit par se retrouver en haut d’un immeuble. Il va falloir redescendre, et le temps court toujours alors il nous faudra trouver une route plus courte. Ces escaliers au loin, bien que bancals, semblent être la seule solution.

Gunkanjima - Apartments

View on the apartments.

Les habitants de Gunkanjima ont eu 3 mois pour vider les lieux en 1974. De ce fait, peu d’objets s’y trouvent encore… Ici, un téléviseur d’époque (ou est-ce un jeu vidéo ?).

Gunkanjima - Weird TV

Weird TV.

De votre balcon, ce sont des centaines de voisins que vous pouvez épier ! Un paradis pour les voyeurs, un cauchemar pour les autres !

Gunkanjima: The First Visit

Gunkanjima: The First Visit

Les rues sont pleines de débris. On est tout de même pas en sécurité ici, mais je me rassure quand-même : c’est une journée très calme, et Gunkanjima a vu passer de nombreux typhons, tsunamis, et même une bombe atomique, alors mince, c’est pas maintenant que quelque-chose va arriver !

Gunkanjima - Streets

Streets of Gunkanjima.

Le Stairway to Hell (地獄段, Les Escaliers de l’Enfer) est en fait l’escalier d’accès au petit temple qui se trouve en haut de l’île. Il n’est pas sans dire que la montée est difficile au point de paraître… infernale !

Gunkanjima - Stairway To Hell

The Stairway To Hell (地獄段).

Les buildings de cette photo datent tous de 1918 et devinrent à cette date les immeubles d’habitations principaux de l’île, avant d’être détrôné, un peu plus tard, par le fameux Block 65.

Gunkanjima - Footbridge

Footbridge.

L’architecture de Gunkanjima est très intéressante : la plupart des immeubles sont reliés entre eux par des passerelles. Une vision futuriste mais néanmoins maussade.

Gunkanjima - Little Bridge

Little bridge.

Le Block 65 (65棟) est de loin l’immeuble le plus impressionnant de Gunkanjima, et à lui seul vaut ce tour officieux. Construit en 1945, il fait 9 étages et contient 317 appartements. L’herbe en son centre ne s’y trouvait pas à l’origine, Gunkanjima étant connue pour ne posséder aucune végétation, d’où d’ailleurs le nom d’un film qui y fut tourné : Midori Naki Shima (緑なき島,The Greenless Island) en 1948.

Gunkanjima - Block 65

Block 65.

Un totoro fantasmagorique qui nourrit les mythes les plus troublants de l’histoire du Japon du XXIème siècle y règne. Prenez garde à cette créature infâme. Aussi, ne scrutez pas cette photo trop longtemps, ou elle vous écorchera les yeux.

Gunkanjima - Crazy Totoro

Crazy Totoro.

Le Block 65 ressemble à un cimetière de maisons hantées encastrées les unes dans les autres…

Gunkanjima: Reddit's Abandoned Porn

Gunkanjima: Reddit’s Abandoned Porn

Un poème oublié sur un mur (en fait tellement simple et brut que je me demande si s’en est vraiment un), que je vais m’efforcer de traduire :

“Des décades se sont écoulées,
Le temps l’a rouillée, gangrenée.
Cette île est dorénavant pourrie,
Jamais plus ne reviendra a la vie.”

Gunkanjima - Poem

The Gunkanjima

De l’hôpital, on a une vue directe sur la cour de récréation de l’école voisine. Ah la jeunesse. Le bon veux temps. L’insouciance. La santé. Le bonheur. Tout semblait si facile.

Gunkanjima - The Hospital

From inside the hospital.

Le bloc opératoire de l’hôpital. J’en profite à ce moment là pour installer un “geocache” sur la chaise au fond. Est-ce que quelqu’un d’autre le signera un jour ?

Gunkanjima - Hospital Operating Theater

Gunkanjima

Le Block 65 (à droite) est en fait très proche du lycée (derrière, à gauche).

Gunkanjima - Block 65 and School

Behind the Block 65…

Un croissant de lune se dessine entre les immeubles…

Gunkanjima - School I

Moon.

Cette photo à gauche représente une cérémonie de fin d’année. Il ne semblait déjà plus y avoir grand monde.

Gunkanjima - Last Ceremony

The last ceremony.

Bienvenue au lycée de Gunkanjima ! C’est en fait un immeuble récent : il date de 1958, et il est donc le dernier à être construit sur l’île (en dehors d’une petite annexe qui se trouve derrière).

Gunkanjima - School II

Welcome at Gunkanjima High School!

Dans le passé, le lieu devait être si bruyant et agité. L’effervescence des pauses journalières dans la cours de récréation, soutenue par le bruit lourd et incessant de la mine, le “centre-ville” et ses petits commerces non loin de là… Maintenant, seul le bruit du vent se faufilant entre les buildings trouble le silence.

Gunkanjima: School

Gunkanjima: School

L’intérieur du lycée se révèle assez triste. Ce n’est que le second étage ici, donc peut-être qu’il y a plus de surprises dans les étages supérieurs, mais je n’y croit guère. Je compte les minutes malheureusement, et je ne peux pas m’autoriser à monter plus haut.

Gunkanjima - Empty School

Empty school.

On se décide à retourner près de l’endroit convenu pour ré-embarquer dans le bateau. On le voit déjà au loin, qui revient. Il me reste peut-être 2 ou 3 minutes…

Gunkanjima - Glance Behind

One last glance behind.

Une dernière photo alors que le soleil se lève et éclaire le Block 65. L’océan se montre plus animé maintenant, il commence à y avoir beaucoup de bateaux partout (pêcheurs et autres), bref : ça craint, grave. 7:30 du matin. Il faut partir.

Gunkanjima - Sunrise

The sun is rising.

Cette petite fresque semble dire “Merci d’avoir visiter Gunkanjima. Au plaisir de vous revoir bientôt !”. Et bien… nous verrons !

Gunkanjima - Sayonara

Sayonara.

Le bateau cogne doucement contre la muraille et sans hésiter on saute à bord. Vite fait, bien fait. Immédiatement, le bateau met les gaz. Il faut partir, et vite. Le capitaine reçoit un coup de fil étrange du garde-côte. On se cache alors comme on peux, plutôt inquiets. Mais au final, on arrive sain et sauf et l’arrivée se fait dans la joie. Même notre capitaine se montre très jovial et communicatif pour la première fois ! Un moment inoubliable. On l’a fait !

Gunkanjima - Escape

We did it!

Pour plus d’information sur le “geocache” de Gunkanjima, rendez-vous ici : GC2JX0Q ! Pour ceux qui se le demandent, le geocaching est une activité qui consiste à rechercher ou dissimuler des caches comprenant un petit registre des visites. Je suis fier d’avoir déposé le premier ici 🙂 Quand aux vieilles photos en noir et blanc, elles sont de Yuji Saiga. Elles furent prises en 1974, pendant les 3 derniers mois d’activité de l’île. Aller voir son site, c’est génial.

UPDATE! Je suis retourné sur l’île, plusieurs fois depuis ! Ne ratez pas mon sommaire sur Gunkanjima.

  • Pingback: Gunkanjima (Hashima Island) | Haikyo()

  • Dasilva Bds

    c genial endroit tellement triste et fabuleux a la fois…

  • Pingback: Gunkanjima – L’île-navire fantôme japonaise | Ufunk.net()

  • Impressionnant. C’est mystérieux et envoûtant. On a vraiment envie de s’y rendre pour palper nous aussi cette ambiance, qui paraît incroyable. D’autant que la qualité des photos est vraiment chouette, j’aime bien le style et les cadrage. J’ai regardé d’autres articles également, c’est vraiment intéressant. Je n’ai pas encore tout vu, mais connais tu la gare de Canfranc? La plus grande gare fantôme d’Europe…

    • Ah oui… Je connais la gare de Canfranc. Je voulais y aller l’été dernier lors de mon passage en France (je suis de Bordeaux alors c’est pas très loin), mais j’étais avec mes parents… et ils n’ont pas voulu faire le demi tour de 200km que ça exigeait lors de notre petit week-end en Espagne :'(

      • Oui j’ai vu qu’il y avait des articles sur Bordeaux 🙂 Mais Pau et la vallée d’Aspe c’est mieux =D Même si Canfranc a un peu changé ces dernières années (nouvelle toiture, nouvel arrêt des trains espagnols, panneaux de construction, etc.), il s’en dégage toujours une très étrange impression de vaisseau oublié là, entre les montagnes. De mon coté j’espère qu’elle retrouvera son rôle un de ces jours. Cette impression bizarre me prend aussi lorsque je vois le reste de la voie, avec des gares pour certaines laissées complètement à l’abandon. La ligne est un véritable fantôme qui serpente et s’insinue dans la vallée…

  • When I finally come and visit Japan, this one is most deffinatly going to be on the to-do list. Is 1 hour enough on this island though? I Would imagine being dropped off early morning and picked up in the late evening is more recommended?

    Geo-caching while Urbexing? brilliant idea!

    • It’s not enough, of course, but I didn’t go through the official way, that’s why. The official tour wouldn’t let you go even close the the buildings unfortunately. It’s a forbidden island, that’s where the fun is too 😉 Unfortunately it’s going to be really impossible to go now, since something happened a few weeks back. Another another urban explorer messed up with the only captain willing to take people on the island 🙁 You can still go through the official tour, you can see the island, go around it, and walk on the side.

      • Well, to be honest the soonest i can probably visit Japan will be 2013. I’ll try to make that descission permanent asap. But by that time so much can and will have changed.

      • Well, to be honest the soonest i can probably visit Japan will be 2013. I’ll try to make that descission permanent asap. But by that time so much can and will have changed.

        • Whatever the situation is, Japan will always be a very interesting and unique country so you can’t miss it in your travel list 🙂

          • Fact. My “plans” to visit Japan for at least 3 weeks, preferably 4, were made even before I started urbexing.

  • Gkoumoushi

    fantastic photos..a futuristic city of the past…amazing..

  • Pingback: Gunkanjima, Un Endroit Paradisiaque sur LePoèteDuPMU.fr - Du Buzz, Des Conneries & Du NSFW En Pression !()

  • Pingback: This is not Fukushima « The Incredible Tide()

  • LStoke

    Brilliant pictures, couldn’t understand a damn thing (I’m English), but great none the less! Can I ask what the risk is in getting caught? 

    • Thanks a lot! But actually, the article is in English as well: http://totorotimes.wpengine.com/en/urbex/gunkanjima-hashima-island. The website is bilingual. I don’t know the risk at all as I never heard of anybody getting caught… maybe you would spend one night in prison? Or stay at the police station for 5-6 hours, explaining the why and how you went there? Just guessing 🙂

  • Pingback: La Base Militaire Abandonnée de Fuchu | Meow.fr • Japan - Urbex - Adventures()

  • Pingback: Interview : Jordy, un photographe haikyo du côté de Tokyo | Vies Nippones()

  • Mc

    aucune de ces photos n a un look naturel… trop de travail dessus.

    • Eh oui, je sais bien. C’est pour ça qu’il faut que j’y retourne et que j’en fasse de meilleurs. C’était la première année que je prenais des photos, j’adorais le HDR, et je n’avais qu’une heure sur cette île… donc bon le résultat est un peu moyen est trop retravaillé. Seul le 1er tier est naturel.

      •  J’y vais avec toi si tu veux, PITIÉ ENMÈNES-MOI !!!

        • Si j’habitais à côté, j’irai souvent histoire de pouvoir couvrir tout et faire des photos en prenant mon temps 🙂 Quand tu viens au Japon on peut en parler mais c’est moins facile récemment depuis que quelqu’un autre étranger a fait des conneries :/

  • Intéressant cette piqûre de rappel pour moi qui ne connaissait pas encore ce site.
    L’île a effectivement une architecture particulière, on dirait une île-pénitencier XD.

    Petites remarques au sujet de l’article, il reste des passages en anglais non effacés (qui font doublon du français) et trois photos refusent de s’afficher.

    Bref, je sens que les articles plus détaillés du récent périple vont en mettre plein les yeux !

    • Si c’était une île prison, ça serait incroyable de contenir autant de prisonnier dans un tel enchevètrement de buildings ! Pour le coup, c’est un bien meilleur sujet qu’une ville minière !

      Tu as raison, l’article est tout cassé… bon je vais réparer ça ce soir… merci beaucoup pour relever ce genre de détails 🙂

  • Je découvre ce post un peu sur le tard (un jour, il faudra que je prenne le temps de fouiller tes archives 😉 ). Vraiment fascinant.

    • N’hésites pas David ! Mais les articles sympas sont en général linkés par les nouveaux donc j’espère que tu pourras les découvrir de cette façon 🙂 Et il y a encore beaucoup d’articles à propos de Gunkanjima en attente…

  • Sakura

    Honte sur moi! Passionnée par le Japon, je ne connaissais cependant pas du tout cette île! Tes photos sont à couper le souffle! Elles témoignent parfaitement de l’étrangeté des lieux. Cela doit être à la fois terrifiant et excitant de se retrouver sur cette île fantôme! A part un malheureux Totoro, aucun animal n’y vit? Brrrhhhh: j’en ai la chair de poule! Magnifiques photos!!! Un décor parfait pour un remake de Battle Royale! 😉

    • Merci Sakura ! Il n’y a rien qui y vit, à part des moustiques et j’ai aussi entendu quelques rats (à moins que ça soit de petits monstres qui y vivent cachés). Sinon, à propos de Battle Royale 2: “Gunkanjima, “Warship Island,” inspired the name of “Senkanjima” (“Battleship Island”) the fictional isle on which BRII takes place.”

  • Tres belles Photos…! L`endroit c`est impressionant… j’y etait il y a 3 ans.
    Bravo Jordy…!!!

    • Pour moi aussi, c’était il y a presque 3 ans la première fois ! Et la récente, seulement il y a quelques mois… tu as vu les autres articles d’ailleurs ? Beaucoup mieux que cet article là (mais celui-ci est le premier). On peut voir tes photos ? 🙂

  • Eugénie ROSSI

    Un geocache sur Gunkanjima… J’avais déjà parcouru ton article il y a plusieurs mois mais j’avais omis ce détail 😀 Interessant…

    • En fait le geocache a disparu il y a bien longtemps ! Bizarre.

      • Eugénie ROSSI

        Oh bah non !!

        • Si :'( Tu fais du geocaching toi ? En fait j’en fait quasiment pas juste avant ma première fois sur Gunkanjima, j’avais croisé mon ex-boss sur Tokyo qui justement en mettait un ! Juste à côté de là où j’habite ! Du coup je me suis dit que ça serait rigolo d’en mettre un sur l’île… :p Bon, tout le monde n’est pas de cet avis 😉

  • Superbe exploration. bravo!

    • Merci 🙂 Tu as regardé les autres articles ?

      • Oui. Super.
        Je connaissais l’ile et l’histoire mais ne savait pas qu’on pouvait s’y glisser.
        Precieuses images que tu as faites la.

        • C’est interdit bien-sûr mais on peut quand-même s’y glisser, même si ce n’est vraiment pas évident.

          • Fais gaffe aux droits d’auteur quand meme. Ca serait dommage.

          • Aux droits d’auteur ?

          • Propriete intellectuelle en tout cas.
            L’Ile a forcement un proprietaire.
            Il peut te tomber dessus pour intrusion sans effraction mais surtout exploitation de son bien pour ton profit.
            Si j’etais proprietaire de cette ile je n’hesiterais pas a le faire…
            Je crois savoir qu’une chaine de TV francaise est venu filmer. Je ne connais pas les details mais tu peux etre sur qu’il ont signe un contrat gerant le droit a l’image etc…
            Prends tes precautions quand meme.

          • C’est la préfecture de Nagasaki à qui appartient l’île, et non plus Mitsubishi… c’est devenu une île “touristique” donc je ne pense pas avoir de souci. En plus, l’île a été utilisé plus ou moins partout (photos, vidéos) pour divers projets (la TV française je pense que c’était Thalassa). Il vaut mieux faire attention en tout cas, j’essaierai de me renseigner un minimum 🙂

  • alexa

    impressionnant ! merci d’avoir partagé ces photos avec nous ! j’ai rêvé 🙂

Facebook

Qui suis-je

azalea, drone, flower, japan, japanese, kyushu, natural, nature, saga, spring

Je suis Jordy Meow, un photographe français qui vit au Japon depuis près de 10 ans. J'aime découvrir des lieux authentiques, étranges, méconnus mais merveilleux. Je suis auteur de plusieurs livres et je prépare des guides sur le Japon en dehors des sentiers battus. Si vous souhaitez m'aider un peu pour que ce site évolue plus vite, rendez-vous sur mon Patreon et... suivez-moi :)

asia, autumn, hokkaido, japan, japanese, lake, natural, nature, season, seasonal

Subscribe To Our Newsletter

Join our mailing list to receive the latest news. Only once a month :)

You have Successfully Subscribed!